“De la rébellion à la conversion des membres de ma famille” Témoignage de Manon

Bonjour à tous ! La semaine dernière, nous avons été énormément bénis par la prédication du Docteur Michaux Mundala.

En effet, cette prédication portait principalement sur les blessures de l’âme, l’homme de Dieu nous a fait comprendre que ces dernières peuvent se manifester de plusieurs manières : la colère, la rébellion, etc.

Mais la bonne nouvelle, c’est que Dieu peut guérir et restaurer nos âmes.

Nous avons donc tenu à interviewer une jeune femme dont l’âme avait été blessée durant plusieurs années mais qui a été restaurée par Dieu.

Nous vous proposons de suivre l’interview de Manon, jeune femme restaurée par Dieu, amoureuse de lui et très engagée dans son œuvre.

Bonjour Manon, merci d’avoir accepté notre invitation. Est-ce que tu peux te présenter brièvement s’il te plaît ?

Bonjour ! Merci à vous. Je m’appelle Manon, j’ai 23 ans, je suis étudiante et membre de l’église Parole du Salut depuis 2015 où j’ai accepté Christ comme Seigneur et Sauveur, servant principalement à l’accueil de la jeunesse.

 Est-ce que tu peux nous parler de la personne que tu étais avant ta rencontre avec le Seigneur ?

Avant ma rencontre avec le Seigneur, j’avais beaucoup de blessures intérieures dues à différentes situations d’ordre familial et personnel que j’avais vécues dans le passé. De ce fait, la souffrance que j’accumulais en moi, je la ressortais sur les autres.

 Comment te sentais-tu à ce moment-là ?

Mal, très mal. J’étais vide au dedans de moi, et je cherchais à tout prix à me faire remarquer. D’une très mauvaise manière. Je me comportais très mal à l’école. Au collège, je suis passée trois fois en conseil d’éducation. (C’est une grande réunion qui se tient avec tous les professeurs, le CPE, le principal, l’élève et ses parents. Des solutions sont apportées à l’issue de cette réunion et l’élève est sanctionné. S’il n’y a pas de changement, se tient alors un conseil de discipline et l’élève peut se faire virer.)

Dieu merci, je ne suis pas arrivée jusqu’à ce niveau-là.

J’avais tenté à plusieurs reprises de me suicider. Mais personne ne le savait. Je n’aimais pas ma vie et je ne savais pas comment me sortir de ce cercle vicieux. Je ne souhaitais pas me comporter ainsi, mais je n’arrivais pas à changer. C’était au-dessus de mes forces. Je ne connaissais pas Dieu, mais je me souviens plusieurs fois avoir crié à Lui en disant : « Si vous existez, changez ma situation, je n’en peux plus, s’il vous plaît ».

Comment as-tu fait pour t’en sortir ?

Tout cela a duré des années. Jusqu’à ce que je rencontre Christ, le jour de mes 18 ans. J’avais oublié que j’avais crié à Lui des années auparavant. Mais Lui, a pris son temps, et m’a trouvée.

 Quelle a été la réaction de ton entourage ?

Lorsque je commençais à changer par la grâce de Dieu, ça ne satisfaisait personne. Personne ne croyait en ma conversion, mon entourage pensait que je me faisais influencer. Mais j’ai tenu bon. J’étais la première de ma famille à me convertir. C’était dur ! Mais Dieu m’a donné la force. Puis ma cousine, ma sœur, ma maman se sont converties.

 Quels conseils pourrais-tu donner aux personnes qui passent par la même situation actuellement ?

Tu te sens sûrement seul, vide, et penses que tu ne t’en sortiras jamais, mais je peux t’affirmer que Dieu peut t’aider.

 A l’école, j’avais rendez-vous chaque semaine avec l’assistante sociale, mais je ne répondais pas à ses questions. J’ai vu des tas de psychologues, mais je ne leur parlais pas.

Bien évidemment, il n’est pas mauvais de voir des professionnels de santé, mais moi, je n’arrivais pas à leur parler.

Dans tous les cas, je ne parlais à personne. Je voulais dire beaucoup de choses, mais j’avais l’impression que ma bouche était liée. Impossible de l’ouvrir à chaque fois.

Je pense qu’à cette époque, j’aurai eu besoin d’une personne qui avait vécue la même chose, pour m’identifier, au lieu de parler à un inconnu.

Je devais être âgée de 12 à 17 ans à cette époque. Et dans l’église, nous avons la grâce d’avoir tous les âges, chacun a un témoignage différent. Sans doute qu’un adolescent peut se retrouver et s’identifier s’il sait qu’un adulte a déjà vécu ce qu’il vit actuellement. Ça m’aurait fait du bien, je pense !

Si je peux conclure par une chose je dirais :

« Ne méprise pas ta jeunesse. Tu as quelque chose de merveilleux en toi, et même si le monde t’a toujours répété que tu ne vaux rien, sache que Dieu te voit d’un regard différent. La souffrance n’est pas la volonté de Dieu pour ta vie, car tu as du prix à ses yeux. Fais de Lui ton meilleur Ami, Jésus t’aime, et Il veut le meilleur pour toi !

 Merci beaucoup Manon pour ce merveilleux témoignage. Nous croyons que le Dieu qui l’a guérie et restaurée peut aussi vous guérir. Tournez juste vos regards vers Lui !