Pour que la montée soit parfaitement divine

Culte dominical du 31 mars 2019

Orateur : Pasteur André NYEMBWE

Thème : Pour que la montée soit parfaitement divine

Références bibliques : Proverbes 15 : 33 / Apocalypse 5 : 5-12 / Philippiens 2 : 5-11 / 1 Pierre 5 : 10

Christ qui occupait la place la plus élevée dans l’éternité, avait quitté les cieux et devait par la suite se réapproprier sa position au terme de son passage terrestre. Si nous voulons vivre la montée divine nous devons de ce fait être des imitateurs de Christ. Sans humilité, aucune montée ne peut être parfaitement divine, ainsi nous comprenons que l’objectif ultime de cette ascension, à laquelle nous aspirons tous est de nous permettre d’atteindre la parfaite stature de notre modèle : Jésus-Christ.

En Apocalypse 5, nous lisons au verset 5 que le Lion de Juda avait triomphé, pourtant au verset 12 il est écrit que c’est à l’Agneau que la louange doit être rendue. Deux animaux aux caractéristiques diamétralement opposées : le lion est puissant et n’est la proie d’aucun prédateur, tandis que l’agneau est vulnérable, craintif et sans défense. Nous comprenons que sans la faiblesse de l’agneau, le lion ne pouvait triompher ! Nous pouvons tous monter, mais la voie divine qui mène au sommet est celle de l’humiliation. Le fort se devait de devenir faible, pour étendre le salut aux nations. Le Lion a outrepassé la contrée de Juda, en rachetant un peuple nombreux pour Dieu, des hommes de toutes tribus, de toutes langues en apparaissant sous la forme de victime expiatoire. En Philippiens 2:5-11, nous constatons que la gloire dont jouit le Christ est le fruit de son dépouillement, et de son sacrifice honteux. Toutefois c’est à cela que le Père prend plaisir. Satan ne pouvait se réjouir du sacrifice de la Croix, car il savait pertinemment que celui-ci était synonyme de l’exposition et de l’anéantissement de ses oeuvres. De ce fait, l’ennemi a donc voulu achever Jésus dès le commencement, au temps du roi Hérode. Il a ensuite tenté de lui dérober sa couronne lors du passage dans le désert. Cependant, toutes ces tentatives se sont soldées par un échec.

Que sommes-nous donc prêts à endurer afin d’expérimenter la montée divine ? La montée selon Dieu ne correspond pas à un parcours facile et exempt de toute difficulté, bien au contraire c’est plutôt une voie semée d’embûches. Né dans une étable, d’apparence quelconque, au sein d’une famille modeste, dans une contrée méprisée… Longue peut être la liste qui démontre l’abaissement dans lequel vivait celui qui était l’Emmanuel, la présence de Dieu parmi les hommes.  Une montée sans humilité est possible, mais elle n’est en aucun cas divine. L’action de Dieu dans nos vies ne nous garantit pas son approbation. A l’image des enfants d’Israël qui ont passé 40 ans dans le désert, et qui ont expérimenté le surnaturel divin sans être dans la pleine volonté de l’Eternel. Si nous voulons véritablement monter, exerçons nous à lire et à méditer la Parole de Dieu et appliquons nos âmes à y obéir. L’obéissance nous assure de vivre une montée divine.

La montée divine n’équivaut pas à la poursuite éperdue des richesses, de la reconnaissance des hommes et du succès par nos propres moyens ! Loin de là, le modèle divin peut sembler paradoxal pourtant la gloire véritable se trouve dans les choses négligeables.  En 1 Pierre 5:10, nous comprenons que la montée est progressive et que Dieu nous bâtit afin qu’en son temps nous puissions devenir inébranlables! Alors embrassons l’humilité, acceptons l’échec, n’ayons pas peur de nous tromper, simplement soyons soumis au Dieu qui dans Son infinie sagesse, a choisi de nous faire monter.