La traversée pour la montée.

Culte dominical du 11 Août 2019.

Orateur : Pasteur Noëla LUMANDE.

Thème : La traversée pour la montée. 

Références bibliques : Exode 14 : 15-18.

Ce dimanche, le pasteur Noëla LUMANDE, pasteur principal de l’église évangélique Parole du Salut-Paris, nous a exhortés à nous engager pour Dieu. 

Notre thème annuel est la montée divine et lorsque nous parlons de la montée divine, nous faisons référence au progrès, à une évolution que nous sommes appelés à rencontrer dans notre marché avec le Seigneur. Ainsi, ceux qui nous ont connu hier, ne nous reconnaîtrons plus demain, car Dieu fera des grandes choses avec et pour nous. 

En se référant au livre d’exode, nous voyons Dieu dire à Moïse qu’Il a vu la souffrance de son peuple d’Israel, et il veut les faire monter au pays promis par la traversée du désert. Ce qui veut dire que pour parvenir à la montée divine, Dieu choisit une seule option pour les israélites, celle de la traversée de la mer rouge. 

Les enfants d’Israel, arrivés devant la mer rouge se disaient peut-être, parler de Pharaon devint un souvenir lointain jusqu’à ce qu’un problème surgisse : ils entendent les bruits des chars et des cavaliers de pharaon qui s’approchaient d’eux. Il en est de même, parfois, nous pensons nous débarrasser de toutes nos difficultés, mais malheureusement, elles peuvent soudainement surgir. 

Comprenons que cette survenance des problèmes est intentionnelle, stratégique et voulue par Dieu. En effet, Il existe des choses que Dieu suscite intentionnellement dans notre vie en vue de faire éclater Sa gloire. Face aux murmures des enfants d’Israel, Dieu leur dit à son serviteur Moïse qu’ils doivent marcher et traverser la mer rouge.

Certes, la mer rouge peut s’avérer dangereuse car elle peut représenter les défis mais puisque Dieu a dit de la traverser, Il donnera aussi les possibilités pour franchir l’infranchissable. 

La montée exige la traversée, ne cherchons pas la facilité ou encore le contournement de nos difficultés, mais avec l’aide de Dieu, nous pourrons franchir nos limites. En effet, Dieu ne parle pas de noyade mais de la traversée car Il est capable de frayer un chemin pour une traversée à sec. 

Il est vrai que la traversée est risquée, mais la fuir c’est fuir ta montée ! En tant qu’église, nous sommes dans une saison de traversée. De la même manière, notre projet de bâtir le temple est similaire à cette réalité de mer rouge. 

Or, Dieu ne nous a pas fait sortir d’Egypte pour nous faire noyer, Il va donc frayer un chemin, puisque Sa gloire est mise en jeu. 

Puisque Dieu l’a dit : traversons, ne nous lamentons pas, mais saisissons Sa parole par la foi et passons à l’action.

Quelques vérités sur la traversée :

La traversée nous introduit dans une nouvelle saison, car elle attire la gloire de Dieu. 

La traversée est prophétique selon confère 1 corinthiens 16.

La traversée c’est la mort de la mentalité de l’égoïsme, cette mentalité développée et entretenue en Égypte.

La traversée se fera de manière surnaturelle, car Dieu utilise des moyens divins et non humains.

Avant que nous nous engagions, Dieu assurera les ouvertures des situations en notre faveur. De la même manière, la manne descendait quotidiennement, alors qu’il y avait aucune réserve. Dieu pourvoyait alors que les enfants d’Israël n’avaient pas de réserve.

La traversée exige l’engagement de tout un chacun, comme Moïse qui résolut de traverser la mer rouge. La Bible nous présente plusieurs hommes qui ont marché avec Dieu, qui s’étaient tous engagés à traverser, franchir des difficultés tout simplement parce que Dieu le leur avait dit.

La traversée se fera avec ce sur tu as, à l’instar de Moïse, Dieu lui dit de prendre le bâton qu’il avait pour séparer la mer rouge. 

La mer n’obéit pas au bâton, mais elle reconnaît l’autorité divine. En effet, c’est la parole de Dieu qui fraiera le chemin. Ce bâton peut symboliser notre contribution, prière, disponibilité pour Dieu et pour son œuvre.

Dieu utilise des petites choses pour en faire des grandes. Lorsque tout le monde accepte le défi, la traversée devient totale et personne ne reste devant la mer rouge. Comprenons aussi que les ouvertures se font au fur et à mesure que nous avançons. Les enfants d’Israël prirent le risque de traverser, et cette traversée se faisait sous la nuée, symbole de la présence de Dieu.

La Bible nous dit encore que Dieu demande, par son serviteur Moïse, aux enfants d’Israël de marcher.

Servons, donnons, marchons à notre rythme !

Traversons avec confiance !

Traversons calmement !

Nous sommes dans une saison dans laquelle les enjeux de la gloire de Dieu sont grands.

De la même manière, la mort de Lazare représentait l’enjeu d’éclatement de la gloire, raison pour laquelle Jésus n’avait pas cédé à toutes les demandes de Marthe.

Dieu ne sera pas couvert de honte si nous refusons de nous engager, Il trouvera quelqu’un d’autre et ne partage pas Sa gloire avec quelqu’un. 

Lorsque la gloire revient à Dieu, l’homme, son serviteur est honoré, en se référant à l’histoire de l’ânesse.

Levons-nous et acceptons d’affronter nos défis en nous appuyant sur la parole de Dieu.

Que les faveurs divines vous soient abondamment multipliées.